Le BIM en France

Le BIM semble avoir encore du chemin à parcourir en France, cependant, tout indique que le secteur du BTP dans son ensemble est enclin à prendre enfin possession de cette technologie. En attendant, les médias spécialisés mettent de plus en plus en lumière les bienfaits de la maquette numérique. Comment expliquer un tel retard en France, lorsqu’ailleurs à travers le monde, le BIM occupe d’ores et déjà une place prépondérante ?

Où en est la France sur la question du BIM ?

En France, le marché de la transition numérique dans le BTP progresse lentement, mais sûrement. Dans les chiffres, cela représente un taux global d’utilisation du BIM qui monte à l’heure actuelle à 35 %. Ce chiffre est honorable, toutefois, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. La positivité reste de rigueur lorsqu’on sait que 50 à 60 % des leaders sur le marché du BTP français ont d’ores et déjà adopté le BIM. Ces grandes entreprises vont-elles réussir à convaincre les architectes, les TPE-PME, les petites structures d’études techniques de sauter le pas ? Ces acteurs donneraient presque l’impression d’avoir encore du mal à évoluer en faveur du numérique.

À l’heure actuelle, la France représente le troisième marché le plus fragmenté sur la scène internationale, les deux premiers étant les États-Unis et la Chine. Les bons élèves quant à eux, sont les Britanniques, soutenus par les autorités gouvernementales. Il faut comprendre par là qu’en Grande-Bretagne et dans de nombreux pays, le gouvernement a tout simplement imposé l’utilisation du BIM. Du côté français, dans une interview donnée en 2014 au magazine Le Moniteur, Cécile Duflot expliquait : « Nous allons progressivement rendre obligatoire la maquette numérique dans les marchés publics d’État en 2017. »

Toutefois, la France a fini par faire le choix d’encourager le développement du BIM, sans l’imposer de manière officielle à travers une quelconque loi. Ainsi, depuis 2015 Bertrand Delcambre est président d’un Comité de pilotage du Plan Transition Numérique dans le Bâtiment (PTNB). Cet organisme a pour mission de se concentrer sur « les conditions de déploiement des outils numériques, et notamment de la maquette numérique et du BIM (Building Information Modeling ou Modélisation des données du bâtiment en français, dans le secteur du bâtiment ».

Le dernier rapport d’étape du Plan, publié en mars 2017, explique que « La moitié des concepteurs, architectes et ingénieurs intègrent désormais le BIM dans leur démarche, et vont entraîner dans la foulée leurs partenaires ». Il ajoute « (…) J’ai eu la bonne surprise de découvrir, dans l’ensemble du secteur, un vrai appétit partagé. Les organisations professionnelles percevaient les gains de productivité à en tirer pour construire et rénover mieux, plus vite et moins cher. Les acteurs du bâtiment souhaitaient qu’un signal soit donné par l’État. Je n’ai rencontré que des gens qui avaient une vision positive.»

Loin de faire des constats hasardeux, Bertrand Delcambre a appuyé ses propos sur les résultats de la deuxième enquête réalisée pour le baromètre du PTNB sur l’utilisation des outils numériques et digitaux par les professionnels du Bâtiment (en France). Plus de 385 067 professionnels de ce secteur ont répondu au questionnaire.

Les années à venir devraient continuer en faveur du BIM en France. Les professionnels du BTP, toutes spécialités confondues, se montrent ouverts à l’utilisation de cette technologie. C’est grâce à cette volonté que le BTP hexagonal évoluera dans le bon sens en matière de maquette numérique.