Femmes & Impression 3D : témoignage de Mathilde Berchon

À l’occasion de la Journée Internationale du Droit des Femmes, nous avons souhaité mettre en lumière la place des femmes au sein des secteurs de la 3D. Alors que les formations techniques sont historiquement composées en majorité d’hommes, et que le sujet de la représentativité des femmes dans le secteur de l’industrie est régulièrement soulevé, nous nous sommes tournés vers une personne qui connaît bien le sujet : Mathilde Berchon.

En plus de ses activités de consultante en stratégies de communication, de conférencière, et d’auteure, Mathilde Berchon est ambassadrice de Women In 3D Printing Paris. Elle a accepté de nous raconter ce qu’elle fait avec cette association, et ce qu’elle voit de la représentativité des femmes dans son quotidien professionnel.

mathilde-berchon

Des initiatives qui émergent pour inverser la tendance

En 2021, il est encore difficile de dépasser les vieilles représentations sociales et les clichés sur l’Industrie. Mais, au-delà des clichés, il y a une réalité qu’illustre bien Mathilde Berchon : « quand on est une femme sur un salon professionnel d’un secteur industriel, on est une minorité, et ça peut être difficile de se sentir légitime ou admise ».

Alors de plus en plus de projets et de structures voient le jour pour mettre en évidence ces femmes qui jouent un rôle clé dans ce secteur aujourd’hui, et montrer aux professionnelles d’aujourd’hui et de demain qu’elles y ont leur place.

Parmi toutes les initiatives qui contribuent à faire bouger les choses, on peut citer L’Usine Nouvelle, qui organise depuis quelques années les Trophées des Femmes de l’Industrie. Il faut également saluer, le lancement, il y a quelques mois, par la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, du Défi IndustriElles. Et puis il y a Women In 3D Printing, qui fédère tout au long de l’année celles qui innovent par l’impression 3D, et les met en valeur.

Women In 3D Printing : les femmes comme modèles

Women In 3D Printing a été créée en 2014 par l’ancienne Directrice Générale de Sculpteo US, et est arrivée en France en 2018. Ce sont 17 000 personnes qui participent aux événements de l’association chaque année dans le monde. Elle permet de montrer aux professionnelles que les métiers « techniques » vont aussi aux femmes. Ce message est crucial dans l’Industrie, mais pas uniquement. Et la force de Women In 3D Printing est précisément de fédérer au-delà du secteur de l’industrie, car l’impression 3D elle-même dépasse ce cadre. Et les problématiques de représentativité des femmes se posent à une échelle plus large que le secteur de l’Industrie.

Alors l’association rassemble des professionnelles aux profils variés (décideuses, managers, responsables de la transformation numérique, animatrices de Fablabs…), et issus de différents secteurs. Ce sont aussi beaucoup de personnes en reconversion professionnelle, dont certaines formées chez F3DF, qui s’ouvrent aux métiers de l’impression 3D par le biais de cette association.

Elles partagent leurs problématiques, et développent un esprit de réseau. Selon Mathilde Berchon, « on est dans un temps de changement, et de plus en plus de femmes se donnent la possibilité de travailler dans le secteur de la fabrication additive ».

Pour changer le regard des femmes sur des métiers trop souvent vus comme masculins, Women In 3D Printing organise aussi des événements à un rythme mensuel ou bimestriel. L’association apporte ainsi « des exemples concrets de portraits de femmes de différents secteurs, à des postes très importants ». En janvier dernier, Women In 3D Printing a d’ailleurs été à l’origine de TIPE, le premier événement au monde orienté sur un secteur industriel où les 170 personnes qui intervenaient étaient des femmes. Autant de preuves donc que l’Industrie ne manque pas de ressources féminines, et que les femmes y ont toute leur place.

Problem solved ?

Un long chemin reste à parcourir, et Mathilde Berchon nous avoue côtoyer principalement des hommes dans son quotidien professionnel aux côtés des entreprises du secteur industriel.

Des progrès réels ont été faits, mais pour les poursuivre, il faut que les femmes soient de plus en plus conscientes qu’elles ont une place à prendre dans tous ces secteurs de la fabrication, et qu’il n’est jamais trop tard pour y arriver. Il existe aujourd’hui en particulier un grand nombre de parcours de formation qui permettent d’intégrer les métiers de la fabrication additive, à tous les stades d’une carrière professionnelle.

Il faut aussi que les directions prennent conscience du potentiel à côté duquel elles passent en portant parfois moins d’attentions aux candidates qu’aux candidats. Pour Mathilde Berchon, « c’est souvent parce que les personnes aux postes de direction ont une volonté que les choses changent. Cela demande une démarche consciente, de recruter en donnant de l’attention à des profils de femmes qu’on aurait spontanément mis en dessous de la pile, alors qu’elles ont un gros potentiel ».

Un exemple inspirant ?

« Au sein de Tech Shop (Leroy Merlin), on a créé pendant 4 ans un atelier de fabrication avec des ateliers métal, bois… C’était un atelier partagé avec des machines de toutes sortes. Généralement, ce sont plutôt des hommes qui sont dans ce type d’atelier, mais là on était 80% de femmes. Il y a eu un gros travail de fait pour aller chercher des personnes expérimentées, des designeuses, des artisanes… Ce sont des femmes qui travaillaient dans des métiers manuels, qui sont devenues responsables d’atelier, et qui ont accompagné les quelque centaines de membres qui circulaient dans le lieu. Les clients qui venaient dans l’atelier étaient surpris de découvrir un lieu qui donnait une telle place aux femmes. »