Architecture : les 3 tendances 3D qui feront 2020

architecture-tendance-2020-3D

Pour comprendre les tendances qui feront l’architecture en 2020, nous vous proposons dans un premier temps de nous tourner vers les startups qui ont faites 2019. Le propre d’un entrepreneur étant d’avoir la capacité d’analyser des potentiels de marché en fonction des tendances, ce point de départ semble pertinent. Or, que ce soit chez Snapkin ou Mon Maître Carré, chez Kozikaza ou HomeByMe, les startups de l’architecture mettent la 3D au cœur de leur solution. Elle est tantôt solution d’aide à la modélisation 3D destinée aux professionnels du bâtiment, tantôt outil de création 3D simplifiée pour particuliers, ou moyen de valorisation du travail réalisé par les professionnels du bâtiment, mais elle est toujours présente. La 3D est donc officiellement devenue en 2019 un outil indispensable à la fois pour les particuliers et les professionnels, par sa capacité à nous projeter dans ce que sera un bâtiment, que ce soit dans ses aspects esthétiques, ou ses aspects techniques via la BIM par exemple.

Alors, quelles sont les perspectives 3D dans le domaine de l’architecture pour 2020 ?

 

Développement de la 3D dans le domaine public

L’année 2019 a été marquée par un événement tragique qui a révélé la richesse patrimoniale de la modélisation 3D : l’incendie de Notre-Dame. Grâce à des travaux de modélisation successifs sur le bâtiment historique, complétés par des scans 3D au drone à la suite de la catastrophe, la précieuse structure architecturale a été conservée de manière numérique, facilitant les projets de reconstruction.

Cet événement a participé à la prise de conscience généralisée sur l’importance de cette technologie, matérialisée à l’échelle des pouvoirs publics par le Plan BIM 2022, et la plateforme Kroqi qui en émane. Et 2020 devrait marquer le lancement d’une série d’actions en la matière !

nuage-points-scan-3D-monument

La 3D comme réponse de l’architecture aux enjeux environnementaux ?

Imprimer du bois plutôt que de le couper, imprimer des matériaux avec moins de matière, imprimer des logements entiers dans des matériaux recyclables… Les innovations 3D dans le secteur du bâtiment apportant certaines solutions aux problématiques environnementales ne manquent pas.

En effet, une étude menée par des chercheurs de l’Université Brunel suggère que l’impression 3D pourrait créer jusqu’à 30 % moins de déchets matériels que les techniques de construction typiques, utiliser moins d’énergie, et générer moins d’émissions de dioxyde de carbone.

Selon nous, les entreprises qui ne passeront pas à la 3D, et en particulier au BIM, par conviction, y seront poussées en 2020 par les demandes croissantes des particuliers comme des professionnels dans le domaine environnemental.

 

Place à la conception par intelligence artificielle

Avec le generative design, une réelle révolution est en marche dans le secteur de l’architecture et du bâtiment. Désormais, il est possible de générer des maquettes de bâtiments sur la base de critères prédéfinis.

C’est ainsi qu’un village entier a été conçu aux Pays-Bas, en prenant en compte à la fois la distance des vis-à-vis, la diversité des bâtiments, la taille des jardins, le coût de fabrication, et le potentiel de production d’énergie solaire. Autre exemple : pour l’aménagement d’un bâtiment abritant des bureaux, il a été possible de créer des plans 3D sur la base de variables aussi spécifiques que le facteur de lumière du jour, l’interconnectivité, les vues sur l’extérieur, le style de travail, le peu de distraction qu’il allait y avoir, et les préférences de proximité.

Toutes ces données peuvent désormais être compilées par les solutions Autodesk pour proposer des structures de bâtiments, ainsi que des matériaux de construction. Tout ce que cela demande, ce sont le logiciel Revit, le plug-in Dynamo, une solution prototype appelée Project Refinery, et des compétences spécifiques.