Alcool Isopropylique (IPA) ou Tripopylene Glycol Methyl (TPM) : quel solvant choisir pour vos impressions 3D SLA ?

form-wash-wash-basket-parts-vedette

Dans l’impression 3D SLA, le nettoyage est un passage obligé pour un rendu de qualité. Or pour réaliser ce nettoyage, le choix du solvant compte. Alcool Isopropylique (IPA) comme Tripopylene Glycol Methyl (TPM) présentent des avantages, comme des inconvénients, pour les utilisateurs d’imprimantes 3D SLA, professionnels comme particuliers. Nous allons donc nous poser la question ici de savoir quel solvant choisir pour vos impressions 3D SLA.

En réalité, il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Ou plutôt, il y en a une, mais elle ne vous aidera pas : si vous souhaitez obtenir de belles pièces en impression 3D SLA, utilisez du solvant de qualité. Mais, pour choisir votre solvant parmi les solvants de qualité qui existent, il faudra plutôt vous appuyer sur vos contraintes d’impression 3D SLA.

Impression 3D SLA : le choix de l’hygiène et de la sécurité ?

Alcool Isopropylique (IPA) comme Tripopylene Glycol Methyl (TPM) sont soumis à des réglementations strictes en termes de gestion des déchets, et doivent respecter certaines précautions d’utilisation (port de gants jetables en nitrile lors des manipulations par exemple). Cependant, une des différences entre ces solvants résidera dans le degré de risques en termes d’hygiène et de sécurité. La température d’auto-ignition de l’Alcool Isopropylique (IPA) étant particulièrement bas (22°C), il est par exemple déconseillé en environnement industriel à risque.

L’Alcool Isopropylique (IPA) : un solvant efficace et répandu

Malgré tout, l’Alcool Isopropylique (IPA) peut être stocké sans risque d’inflammation, et reste un solvant très efficace. Il est idéal pour les structures qui ont besoin que leurs pièces imprimées en 3D sèchent rapidement. Si vous n’avez pas été confrontés à des taux élevés de vapeur d’Alcool Isopropylique (IPA) dans l’air au sein de votre environnement d’impression 3D SLA, ou que les utilisateurs de l’imprimante 3D ne souffrent pas des odeurs de l’IPA, il n’est donc pas impératif de changer de solvant.

Dans le cas contraire, ou si vous êtes confrontés à des contraintes en termes d’hygiène et de sécurité, l’alternative du Tripopylene Glycol Methyl (TPM) doit être envisagée.

Pourquoi utiliser le Tripopylene Glycol Methyl (TPM) plutôt que l’Alcool Isopropylique pour vos impressions 3D SLA ?

Une utilisation irrégulière de l’impression 3D est un autre cas dans lequel le Tripopylene Glycol Methyl (TPM) pourrait être préférable pour vous. En effet, le TPM s’évapore moins vite que l’IPA. C’est une contrainte quand on souhaite imprimer des pièces en 3D et qu’elles sèchent vite après nettoyage, mais c’est un avantage quand on a surtout besoin que le solvant dure dans le temps.

Autres contraintes du Tripopylene Glycol Methyl (TPM) :

  • L’évaporation lente oblige à un rinçage de l’excès de solvant ;

  • Pour certaines résines (comme la Tough 1500), il est nécessaire d’attendre le séchage pour découvrir le rendu final ; 2

  • Certaines résines doivent également subir un traitement post-durcissement pour éliminer un aspect cireux laissé par le solvant TPM.

Alors, quel solvant choisir ?

Ce sont toutes ces différences entre Alcool Isopropylique (IPA) et Tripopylene Glycol Methyl (TPM) qui doivent vous permettre de définir si ces solvants sont valables au regard de votre environnement d’impression 3D SLA. Les résines pouvant réagir différemment en présence de ces 2 solvants, il peut être intéressant de faire le test afin de définir celui qui correspond le mieux à vos besoins

Il est aussi possible de mixer les deux solvants dans le processus de nettoyage des pièces imprimées en 3D. Vous pouvez par exemple laver vos pièces imprimées avec votre imprimante 3D SLA avec le Tripopylene Glycol Methyl (TPM), puis effectuer le lavage secondaire avec l’Alcool Isopropylique (IPA). Vous obtiendrez ainsi les avantages du lavage avec du TPM, sans la surface cireuse que le TPM peut laisser sur certaines résines.